01 février 2016

31 décembre 2015

Un noël chez les bonnes sœurs

J'ai passé noël sur Saigon, pour la 2ème fois en 3 ans. L'an dernier, j'étais avec des potes en train de jouer au poker dans un casino pour la première fois à Phnom Penh, au Naga World. Il y a 2 ans, j'étais dans une maison avec piscine dans le district 2 de Saigon. Je suis incapable de retrouver ni la maison, ni les gens avec qui j'étais alors que je vis dans le quartier depuis 2 ans :) Cette année nous sommes partis avec une vingtaine d'amis dans le district 1 dans un restaurant sur un toit, en face de la tour Bitexco, la plus grande du Vietnam. Quel est le rapport entre cela et des bonnes sœurs me direz-vous?

Lors de ce noël, en repensant à mon passé, j'ai eu un vieux flash d'un noël que j'ai passé chez des bonnes sœurs il y a environ 28 ans à Perpignan, rue Dugommier. Le souvenir est flou, mais je me souviens bien de la table et d'une quinzaine de convives autour lors du repas de noël. A cette époque, j'avais environ 8 ans, au milieu du CE1 et j'étais en galère avec ma mère. Pour je ne sais quelle raison, nous nous sommes retrouvés quelques mois en foyer chez les bonnes sœurs, en attendant que ma mère puisse trouver un travail, un logement, et redevenir des personnes à peu près normales. Le souvenir que je garde est vague de cette période : une salle de jeu avec d'autres enfants de différents ages, une série télé pour enfants qui se passait dans l'espace (c'est fou les souvenirs apparemment triviaux qui restent), la lecture de coke en stock, le premier Tintin que j'ai lu et à qui il manquait quatre pages. Ce fut d'ailleurs l'origine de ma collection de Tintin et surement le début de ma passion des voyages et de ma culture générale, Tintin couvrant des tas de sujets.

Pendant cette période chez les bonnes sœurs, je rentrais à l'école Lavoisier pour faire la 2ème moitié de mon CE1, vu que la première moitié s'est faite dans une autre école primaire que j'ai du quitter avec précipitation...
La première moitié du CE1 dans la première école était laborieuse, je commençais l'école avec un niveau très moyen, j'avais du mal. Par contre quand je suis arrivé à la 2ème moitié de l'année du CE1 dans la nouvelle école, j'étais premier de la classe directement. Peut-être était-ce parce que le niveau de cette école était plus bas et cela me semblait plus facile? Surement également parce qu'en dehors de l'école, ma vie n'était pas très fun, et que du coup cela me faisais tripper d'aller à l'école et de bien réussir. J'ai été ensuite premier de la classe ou presque jusqu'au collège. De là à dire que le fait de vivre chez les bonnes sœurs m'a permis de bien réussir l’école primaire il n'y a qu'un pas.

J'ai vu la semaine dernière un film intéressant sur les choix que l'on fait dans la vie ou qui nous sont imposés : Mr Nobody avec Jared Leto. Le film montre les différentes vies qu'aurait eu le personnage principal suivant les choix qu'il a fait à certains moments, imposés ou non. 
Si on passe ma vie en accéléré, elle se résume entre le foyer de bonnes sœurs et aujourd'hui à :
- une vie jusqu'à 25 ans entre Perpignan, Nice, Paris et Nantes qui m'ont permis d'avoir un Master Web et un Master Management chinois 
- une vie depuis 10 ans d'entrepreneur dans le Web entre la Chine, la Malaisie, le Vietnam et Dubai.

Ma vie aurait-elle été différente si je n'avais pas été en foyer de bonnes sœurs à 8 ans? Aurais-je été entrepreneur? Aurais-je été en Asie? L'effet papillon est toujours aussi fascinant pour moi.

30 novembre 2015

YMLP (YourMailingListProvider) arnaque?

Depuis plusieurs années j'ai l'habitude d'utiliser pour des emailings/newsletters le service YMLP. Je crois que la création de mon compte doit remonter à 2007, c'est dire si je suis un vieux client. L'outil a l'avantage d’être en français. Mais ses avantages en comparaison du fameux MailChimp s’arrêtent là. En 8 ans d'utilisation, je crois que ni le site qui présente le service, ni l'interface n'ont changé. Les templates par exemple sont tous plus hideux les uns que les autres. En 2007, c'était pas mal comme service. En 2015, cela devient ridicule et la compétition a largement fait avancer le secteur niveau fonctionnalités.

Mais là où YMLP a vraiment un problème, c'est sur deux points majeurs :

1. Les emailings arrivent en spam. Pour un envoi d'emailing/newsletter, vous avouerez qu'envoyer en spams ce n'est pas terrible. Pourtant c'est censé être le but premier d'un service tel que YMLP de délivrer au destinataire sans que cela soit en spam.

2. Le support refuse de répondre quand on pose des questions concernant le fait que les messages sont envoyés dans les spams. J'imagine que cela ruine quelque peu le business model et le support préfère donc faire l'autruche. Très mauvais comme mode de communication...

Le plus irritant c'est que je leur ai envoyé plusieurs clients au cours de ces années. Je n'imaginais pas que le service pouvait se dégrader à ce point...

31 octobre 2015

Poker au Cambodge Sihanoukville, retour au source

Après quelques mois en Europe et Dubai, me voilà de retour en Asie. A peine arrivé sur Saigon, j'ai du repartir quelques jours après pour aller au Cambodge couvrir un tournoi de poker a Sihanoukville. 
Je commence à devenir un coutumier du Cambodge mais cela faisait presque deux ans que je n'avais pas mis les pieds à Sihanoukville.

Quand je me replonge deux ans auparavant, je me trouvais sur Sihanoukville quelques jours en train de faire un mix détente et travail en bossant près de la mer. Un de mes clients du moment m'avait donné pour mission de réaliser un site d'information sur le poker et j'étais en train de le finaliser. Pendant que je travaillais sur une table en bord de mer, je remarquais un type qui était en train de jouer au poker sur son ordinateur. J'ai discuté un peu avec lui et il me disait qu'il vivait de cela, à cliquer sur des boutons, en étant un joueur de poker professionnel. C'était la première fois que je parlais avec un joueur pro, comprenant la moitié de ce qu'il me racontait puisque je ne connaissais absolument rien au poker. Oui je faisais un site d'information de poker pour un client, mais cela ne m’empêchait pas de ne rien connaitre au secteur (ce n'est pas nécessaire pour faire un site web).

Quelques jours après Sihanoukville, toujours 2 ans auparavant, je vais vivre sur Saigon avec mes clients qui m'ont commandé ce fameux site (l'épisode du pourquoi est très long à raconter donc sera une prochaine fois). 
Du coup je vis avec des joueurs de poker et commence à jouer au poker en tant qu'hobbye. Quelques mois après, m'intéressant de plus en plus au poker, je deviens un partenaire de ce fameux site de poker que j'ai crée à l'origine afin d'apporter mes compétences techniques / marketing.

Un an plus tard, le site devient la première source d'information sur le poker en Asie et je me retrouve sur Sihanoukville à couvrir un tournoi (APT Cambodge 2015). Dans la foulée, je dispute un tournoi annexe et j'arrive sur le podium en 3ème place ce qui me donne droit à ma fiche sur http://pokerdb.thehendonmob.com/player.php?a=r&n=453350&_ga=1.219223833.1893197790.1442911403 (cela ne dira rien a la plupart de mes lecteurs, mais parlera à n'importe quel joueur de poker).

Si on m'avait dit il y a 2 ans quand je parlais à ce joueur pro de poker dans un bar sur la plage de Sihanoukville que la prochaine fois que je retournerai dans cette ville je serai devenu un joueur de poker et CTO du principal site d'information sur le poker en Asie, je ne l'aurais jamais cru. Encore un exemple, si vous suivez mon blog depuis 10 ans, que la vie est faite d'hasard et d'opportunités et que l'aventure ne s’arrête jamais.

30 septembre 2015

Tournoi de Poker à Malte

Début septembre j'avais le choix entre rester à Paris pour voir des clients, ou aller à Malte, préparer mes RDV clients, voir un peu le business sur place et me reposer. J'ai choisi d'aller à Malte pour 120 euros aller/retour vu qu'en plus une semaine sur l’île me coûtait moins cher qu'une semaine à Paris. J'ai bien aimé Malte, une espèce de colonie anglaise, à mi-chemin entre la Sicile et la Tunisie. Et certainement l'endroit le plus chaud d'Europe compte tenu de sa position géographique. Il fait vraiment chaud quasiment autant que Dubai et cela ne me manquait pas vraiment...

Malte c'est une île, et qui dit île dit plage. Enfin plage, disons qu'il y a de l'eau et de la roche. On peut pas vraiment appeler cela des plages et il faut faire gaffe où on met les pieds. Je n'ai eu le temps de me baigner qu'une seule fois et j'ai eu de la chance de ne pas avoir de méduses. Il parait que c'est infesté certaines années...
Je n'ai pas vraiment profité de la plage car j'étais plutôt occupé à bosser la journée entre les avocats à voir pour un nouveau business et mes RDV clients à préparer pour la rentrée.

Je me suis installé à l’hôtel non loin de Paceville, le quartier des bars branchés. Le moins que l'on puisse dire c'est que ça swing pas mal le soir. On dirait SanLiTun, pour ceux qui connaissent Beijing,
et l'alcool est pas loin d’être le même prix. Il y a par contre plus de baston le soir, visiblement un gars à du décéder quand j'y étais vu que j'ai pu voir un défilé d'ambulance et de policiers à un point que je n'avais jamais vu dans ma vie (et pourtant j'en ai vu...). Le lendemain il y avait encore des policiers dans le coin.

Mais une des raisons pour lesquelles je suis allé à Malte, c'est aussi pour faire quelques parties de poker vu qu'il y a 3 casinos où on peut jouer des tournois et du cash games. Comble du hasard, un tournoi de poker sur 3 jours se déroulait en même temps, le DSO Malta à 550 euros le droit d'entrée. Etant un joueur très moyen (j'ai débuté le poker il y a juste un an), je ne me voyais pas lâcher 550 euros pour rigoler. Mais un ami d'un de mes partenaires qui vit sur Malte depuis 10 ans m'a dit de jouer le satellite avec lui pour voir. Un tournoi satellite, c'est beaucoup moins cher, 110 euros en l’occurrence, et cela permet de jouer sa place. Une cinquantaine d'inscrits pour une dizaines de places au grand tournoi. Pourquoi pas, je pense pas que je vais gagner mais c'est pas trop cher pour tenter.
Finalement j'arrive à me qualifier en arrivant dans les 7 premiers, ce qui donne droit aux 7 places. Du coup je me retrouve propulsé le lendemain dans un tournoi accueillant 220 joueurs à 550 euros la place. C'est un bon jackpot à gagner à la fin... Le premier jour commence mal, c'est mon premier gros tournoi (j'en ai fait quelques uns mais dans les 30 euros), mais je finis la journée avec un bon tas de jetons. La moyenne est dans les 100.000 jetons (le départ était à 50.000 jetons chacun), j'ai fini à 126.000 jetons.

Jusqu'ici tout va bien, et c'est vraiment inespéré. Pour le 2eme jour, cela démarre très fort. Je passe en deux heures au double de jetons, soit 250.000 quand la moyenne est à 160.000 à la pause. Lors du retour de la pause, j'ai une paire de rois en mains, cool. Mais cela finit all-in contre une paire d'as, la seul main qui me bat... Je bust à la 60eme position, dommage. Mais pour un gros tournoi, sur 220 personnes et la première fois, c'est pas mal.

Au moins j'aurais vu le plaisir de voir comment se passe un gros tournoi de l'intérieur en tant que joueur,  j'ai pu jouer avec des gens connu comme Claire Renault et fait des contacts intéressants pour ma nouvelle société AceKingMarketing.com.

31 juillet 2015

Trouver un appartement sur Dubai

J’étais tranquillement depuis quelques jours sur Dubai avec mon épouse qui vit sur place quand un matin le téléphone sonne et le propriétaire nous demande de quitter l'appartement rapidement pour je ne sais quelle raison. Dubai n'étant pas la France en ce qui concerne les démarches et trouver un appartement, ce n'est pas problématique, juste ennuyeux. Je fais une recherche sur Internet et je trouve quelques appartements en 10 minutes. Deux agents que je contacte demande un an d'avance cash pour le loyer...sic. Le 3ème me dit que je peux passer visiter l'appartement directement sans lui, celui-ci étant ouvert. Il est juste à 3 minutes à pieds, je m'y rends et je visite. C'est en fait le même que celui de ma femme, mais dans un autre immeuble (tout est fait sur le même modèle, un peu ennuyeux...). Je passe ensuite chez l'agent qui est dans le bloc derrière pour prendre les papiers et discuter des détails. Paiement tous les 3 mois, c'est déjà mieux que tous les ans. 

J'aurais pu repartir avec les clés si j'avais donné directement la caution. Entre le moment ou notre propriétaire nous a demandé de partir et la remise potentielle des clés d'un autre appartement, recherche sur internet, visite de l'appartement et discussion avec l'agent compris, c'était fait en 1h30 top chrono!
Finalement celui là ne plaisait pas à ma femme et on a fini dans un autre appartement visité le soir même. Cette fois à la chinoise, en regardant les annonces du supermarché chinois du coin. Et le déménagement s'est fait aussi rapidement. 

Moi qui ai déménagé une bonne vingtaine de fois dans ma vie et vécu dans 5 pays différents, je peux dire que c'était le plus rapide déménagement que j'ai connu et qui m'a à peine dérangé dans mon travail quotidien.

30 juin 2015

Mon passage du bac, c’était pas gagné...

En cette période de bac, je me remémore ce moment il y a 17 ans, en 1998 lors de la coupe du monde en France. C'était à la moitie de vie, que le temps passe vite alors que je m'en rappelle très bien.

Les révisions, je les ai faites en regardant les matchs de foot pour - quasiment - la première fois de ma vie. Je n'étais pas plus intéressé que cela par le foot, mais quand il devient barbant de réviser, finalement l’intérêt grandit.

Au final, j'ai eu mon bac avec 10.08 de moyenne, pas énorme certes, mais du premier coup ce qui m'a mis dans la liste des 50% qui avaient eu le bac du premier coup si je ne me trompe pas. Je crois que cette année, 35% était en rattrapage et 15% l'ont raté directement.

Je me souviens que j'avais eu :

- en français, 6 à l'écrit et 8 à l'oral, en première. C'était mal parti... Ce qui est marrant c'est que j'avais toujours été assez bon en français, sauf en première l'année du bac. Les dissertations c'était pas mon truc, j'avais et j'ai toujours un esprit de synthèse qui me fait aller droit au but sans blabla autour. Cela tombe bien, c'est plus cela qu'on demande dans la vie professionnelle.
- en économie, 10. C'était ma matière favorite et j'étais premier de la classe en terminale il me semble. Au bac il y avait le choix entre un sujet bien balaise d'économie et un sujet très simple en socio. Je me suis dit que comme tout le monde allait prendre le sujet simple, j'allais avoir un bonus en prenant le sujet balèze. Mauvais calcul...  
- en histoire/géo, 9. J'ai masterisé le sujet de géographie que j'avais fait deux fois pendant l'année, une fois en bac blanc, une fois en économie (les inégalites nord sud). Mais craquage complet en histoire, une page recto sur la 4ème république il me semble.
- en maths, 14 avec coefficient 7 de la spécialité maths. Un carton, j'ai eu la meilleure note de ma classe (le prof avait avec lui les notes de tout le monde le jour des résultats). Alors que j'étais ultra moyen pendant l'année. Deux raisons à ce succès :
1. cette année là il n'y avait pas d'étude de fonction, alors que c'est le cas plus de 90% du temps. Vu que le prof nous a fait étudié cela toute l'année, tout le monde s'est craqué. Mais comme je n'étais pas bon en maths, cela ne m'a pas vraiment déstabilisé.
2. le prof qui nous surveillait au bac a laissé 5 minutes de plus le temps que les gens ramènent leurs copies. Durant ces 5 minutes, j'ai écrit vite fait tous les résultats à l'arrache sans démonstration. Et comme cette épreuve avait été difficile et que dans ces cas là on remonte les notes, je suppose que j'ai récupéré un maximum de points avec mes résultats, ce qui m'a donné de facto le bac avec le coefficient 7.
- en philosophie, 9. Ce qui est bien évidemment au dessus de la moyenne nationale :) J'ai dit avant que j'avais toujours eu un esprit de synthèse et que j'avais tendance à écrire peu. Pour le bac de philo, j'ai fait tout le contraire en remplissant deux pages double, ce qui est de loin le record du devoir le plus long de toute ma scolarité. Notre prof de philo nous avait indiqué qu'en général les profs au bac mettait entre 8 et 10 s'ils voyaient qu'on avait tenté de réfléchir au sujet, même en étant hors sujet. Cela fut certainement mon cas, j'ai du passer à coté du sujet mais mon étalage des notes de l’année qui me revenait en tête a du montrer au correcteur que j'avais fait un effort.
- en espagnol, 6. L'espagnol était ma bête noire, je n'avais pas les bases et j'ai donc été dans un autre monde pendant 5 ans. Une fois sur un bulletin scolaire de terminale la prof avait indiqué "fait partie du décor" et elle avait entièrement raison. J'avais un meilleur niveau d'italien en apprenant seul pendant un mois, et clairement un meilleur niveau en chinois en 3 mois.
- en anglais, 12. J'ai eu deux profs normaux dans ma scolarité, en 6eme et en terminale. J'ai survécu avec un niveau moyen écrit en jouant beaucoup aux jeux vidéos, qui étaient à l'époque souvent en anglais, et en bidouillant mon premier ordinateur, un amiga. Et à force de lire, on apprend du vocabulaire et la construction de phrase. Coté oral par contre, nullissime jusqu'à ce que je parte en Chine à 25 ans.

Au final, j'ai donc eu au dessus de la moyenne seulement dans 2 matières, en anglais et en maths, qui m'ont fait rattraper les autres notes. Le plus marrant c'est qu'on voulait que je redouble la première pour mes notes en maths et en anglais (Merci Christine Reyne Chabas du lycée Estienne d'Oves à Nice, chose que j'ai bien sur refusé. Personne n'aurait misé une cacahuète sur le fait que j'allais obtenir quelques années après deux Master et quelques autres diplômes :) A contrario j'ai connu pleins de personnes qui étaient très bon jusqu'au bac et qui ont complètement raté leurs études supérieures. La morale étant que quel soit le niveau au lycée avec des matières imposées, cela n'augure en aucune façon la réussite post bac lorsqu'on a la possibilité de choisir vraiment un parcours qui nous plait.