28 février 2019

Une soirée à Yokohama, Whisky Ball et Gerbiland


Durant mon trip à Tokyo, je pense que le plus mémorable fut une soirée à Yokohama, une banlieue côtière de Tokyo. J'ai retrouvé une amie japonaise avec qui j'ai fait mon master chinois en 2005 et nous avons rejoint ses collègues de travail pour une soirée "à la japonaise". C'était un vendredi soir après le boulot pour ces fonctionnaires en costards de la municipalité de Yokohama. Ceux-ci s'occupaient entre autres de la gestion du réseau des métros et autres trains de banlieues. Je n'ai pas manqué de leur faire remarquer que c'est quand même le bordel avec les correspondances. Par exemple on doit prendre la ligne rouge puis pour prendre sa correspondance il faut sortir et acheter un autre ticket pour la ligne jaune et rentrer à nouveau dans le métro. Ils étaient assez d'accord. 

J'étais donc au milieu d'une dizaine de fonctionnaires japonais, j'étais le seul étranger, et mon amie parfaitement bilingue en français à passer toute la soirée a faire des traductions. Ce qui était très sympa de sa part, je n'ai pas vu le temps passer. Ce qui est étonnant (quand on ne connaît pas le Japon) c'est que tous ces fonctionnaires étaient éduqués et avaient certainement une licence ou un master mais ne parlaient pas un mot d'anglais. De ce que j'ai lu, leur système éducatif fait en sorte qu'ils soient effrayés de faire des erreurs. Apprendre une langue, c'est un système où l'on doit faire des erreurs pour apprendre, ce qui ne correspond pas trop à leur culture. Ce qui explique leur niveau d'anglais...aussi bons que celui des chinois. 

Nous étions dans un restaurant traditionnel relativement classe. Plusieurs plats différents étaient à déguster...et là horreur au milieu d'une soupe...un cafard! Oui, pour la première fois de ma vie un cafard se trouvait dans le plat qu'on me servait dans un restaurant, et il a fallu que ce soit dans le pays réputé le plus propre au monde! Évidemment la situation cocasse m'a amusé, les japonais essayaient de minimiser la situation en disant que ce n'était peut-être pas un cafard, mais j'en rajoutais une couche en disant que j'étais formel, c'était bel et bien un cafard :)  Le cuisinier confus est venu en personne s'excuser et s'agenouiller devant l'erreur, comme on peut l'imaginer au Japon.

Que serait un after work au Japon sans boisson? Évidemment les plats (au cafard) s'accompagnait non pas de sake...mais de Whisky Ball, la boisson classique des evenings party entre collègues. Un whisky ball, c'est juste du whisky et de la flotte, enfin un glaçon. 
Après paiement de l'addition (50 euros chacun), direction l'after. L'idée c'est de trouver un bar qui propose la formule 2h boisson à volonté. Après discussions avec plusieurs rabatteurs, nous montons au 2ème étage d'un bar rempli de gens en costards. Oui, pour l'after work, tout le monde reste en costards pour se bourrer la gueule entre collègues. Au final c'est pas trop cher, une dizaine d'euros pour boisson à volonté. Qui a dit que le Japon était cher?

Par contre clairement l'alcool est dilué. J'ai du boire une dizaine de verres au cours de la soirée et j'étais à peine éméché alors que je tiens moins qu'avant. Je doute fortement que j'aurais pu boire 10 Whisky avec une dose normal et rentrer tranquillement à mon hôtel. Mais il parait que les japonais n’ont pas le gene pour bien digérer l’alcool donc les doses sont plus faibles pour éviter l’hécatombe. Et effectivement lors de ma dernière soirée à Tokyo dans le quartier chaud de Shinjuku, j’ai pu voir une belle hécatombe avec une douzaine de jeunes dormant dans leur vomi ou tenter de se finir dans des sacs plastiques. Nous étions en plein Gerbiland ;-)

31 janvier 2019

Trip au Japon pour la première fois depuis 13 ans en Asie!


Me voici actuellement sur Tokyo. Je suis arrivé hier mais cela fait 6 jours que je suis au Japon. J'ai commencé par Osaka car je me suis trompé de ville en allant voir un pote :-) Il était en fait sur Okinawa à 2h30 d'avion d'Osaka. Ce ne fut pas un mal, cela m'a permis de découvrir le Japon tout seul et d'avoir l'expérience de la première fois en solo ce qui est plus enrichissant. Je fut accueilli par Mario à l'aéroport sur les grandes affiches, je suppose Osaka a un rapport avec Nintendo. Je suis reste deux nuits et l'expérience fut intéressante. Le château d'Osaka fut ma principale visite vu que mon temps était limité. J'en ai profité pour tester un taxi pour gagner du temps, qui était moins cher que prévu. En fait le Japon n'est pas si cher que ce que l'on pourrait croire. J'ai testé plus tard mon premier restaurant de sushi avec le cuisinier qui les fait devant vous. C'était 1$ le sushi et probablement les meilleurs que j'ai pu manger. J'ai même testé le sushi viande de baleine vu que les japonais adorent. J'ai ensuite fait un tour au sanlitun local, Dotonbori. C'est un endroit très intéressant rempli de bars, restaurants et autres lieux de divertissement. J'ai vraiment bien aimé ce coin qui vaut le détour. 

Le lendemain, je partais pour Okinawa voir mon pote... Okinawa c'est en fait une île au sud de l'archipel, pas loin de Taiwan, qui sert de base aux américains. Du coup les F16 et autres avions de l'US Army font des essais dans la zone. On a droit à un défilé d'avion de chasse toutes les 5 minutes. C'était marrant de faire du snorkeling avec les F16 au dessus de la tête. 

Il me reste plus que quelques jours à faire sur Tokyo avant de repartir pour le Cambodge et le Vietnam. Aujourd'hui j'ai pu voir un vieux client, demain une camarade de classe de mon master chinois que je n'ai pas vu depuis 13 ans. Et j'aurais mème un tournoi de poker a faire ce week end :-)
So far Tokyo c'est un peu comme Hong Kong mais en version froide. Je ne suis pas plus impressionné que cela pour le moment, j'attends de voir les jours qui restent...


30 novembre 2018

Un tour au Cambodge après 3 ans

Cela fait plusieurs années que je n'ai pas mis les pieds au Cambodge. Pourtant j'y allais souvent à une époque, surtout pour aller dans les clubs de poker de Phnom Penh. Mais le temps passe et je n'ai plus trop l'occasion. Après quelques jours sur Saigon pour la couverture média d'un tournoi, j'ai trouvé un vol à seulement 126$ pour retourner sur Pékin. Celui-ci passait par Siem Reap avec une escale de 8 heures. Et bien pourquoi pas passer du temps dans la ville, la dernière fois que j'ai visité les temples d'Angkhor c'était en 2012 de souvenir. A mon arrivée à l'aéroport, je demande aux customs si je peux avoir un passe droit pour éviter de payer les 30$ du visa touriste alors que je ne vais rester que 8 heures sur place. Un appel à la direction me fait croire que oui. Mais à la fin je fais les procédures normales pour remplir les formulaires et je paye quand meme les 30$. Je n'ai rien compris sur ce qui s'est passé, je suppose qu'ils ont juste validé le fait que j'ai le droit de sortir alors que j'étais sencé rester en transit :(

Tant pis pour les 30$, maintenant direction le taxi qu'on paye 9$ pour aller dans la ville. Oui ici tout est en $ et meme à l'ATM il sort des $. La monnaie locale? Juste des petites coupures pour acheter les petits trucs. Je marche une heure dans le centre, je passe par un temple et un petit marché, mais il n'y a rien d'exceptionnel. Les highlights sont plutot en dehors de la ville (les temples d'Angkor notamment). Du coup, je vais me faire un petit massage de pieds d'une heure à 6$, ca faisait longtemps. Sorti du massage, je ne sais pas quoi faire alors je trouve un autre SPA...pour refaire un autre massage. Mais un bon massage Khmer du coup. De mon experience, les meilleurs entre les massages chinois, thai ou autre que j'ai connu.
Je fini par un tour au restau français du coin qui est depuis 20 ans dans la ville. Apparemment le paysage s'est bien dégradé depuis la venue des chinois qui ont fait exploser les prix. Il parait que des casinos sont en train d'ouvrir dans la région...

31 octobre 2018

Le froid de Pékin revient...

Encore une année de plus à Pékin et les 6 mois d'hiver qui commencent à pointer le bout du nez. Oui Pékin c'est 6 mois d'été et 6 mois d'hiver. Enfin je devrais plutot dire, 5 mois et demi d'été, 2 semaines d'automne, 5 mois et demi d'hiver, 2 semaines de printemps. On passe très rapidement du mode Tshirt, tongs, short à chaussures, gants, veste, pull et collants. C'est une des raisons pour lesquelles j'avais quitté Pékin en 2011 pour des contrées plus chaudes, les 6 mois de l'hiver m'ennuyant fortement. Mais bon, en veillissant je dois avouer que j'aime un peu moins la chaleur qu'avant et que je gère un peu mieux qu'avant la période d'hiver. En plus je continue de voyager souvent dans les zones chaudes donc je ne fais pas 6 mois d'un coup dans le froid donc ca passe. J'ai par contre trouver un bon avantage de l'hiver sur l'été : on dort mieux! En été, entre la chaleur et les moustiques (surtout les moustiques), les nuits ne sont pas toujours agréables et pas toujours reposantes. En hiver par contre, bien blotti dans sa couette, on dort plutot bien. Y compris avec sa moitié qui apporte de la chaleur humaine ;-)

30 septembre 2018

Petite anecdote de poker

Me voici de retour au Vietnam pour la couverture d’un tournoi poker, le World Poker Tour, pour la première fois dans le pays. Cela se passe plutôt bien puisque au moment où j’écris ces lignes, le tournoi devient le plus important de l’histoire du pays. Cela me refais penser à une anecdote concernant mon apprentissage du poker. 

Trois ans auparant, en 2015, je pars au Cambodge pour faire le premier tournoi de ma vie dans un vrai casino, enfin plutôt un club de poker à Phnom Penh. J’y vais avec quelques amis et connaissance de Saigon avec qui je joue de temps en temps. Dans ce cercle de connaissance, un vieux roublard du poker americano-vietnamien qui evolue dans ce milieu depuis 30 ans me propose de me coacher en allant tous les soirs au casino de la ville pendant une semaine. De minuit à 6h du matin ;) 

Malgré que je sois un grand débutant, je m’en sors pas trop mal en ayant perdu que 100$ sur une semaine de souvenir. Ce qui est pas grand-chose comparé à ce que j’aurais pu perdre. Mais c’était le prix à payer pour augmenter mes connaissances rapidement dans un vrai environnement de casino. 

Le leitmotiv de mon coach était toujours « play the players, not your cards!». En 2016, le champion du monde WSOP se trouve etre un américain d’origine vietnamienne. Et son coach n’était autre que mon coach ! J’ai lu le bouquin que le champion a écrit sur son épopée a Las Vegas, et ce qui revenait souvent était les mots de son coach « play the players, not your cards!».

31 août 2018

Petit coup de coeur pour le Portugal et Lisbonne..

Comme chaque été, j'ai fait mon petit tour d'Europe qui m'a conduit à Berlin, à Prague, en France, mais aussi au Portugal. J'y suis allé quand j'avais 9 ans, en 1989 lors de l'expo universelle de Séville pas loin. Mais j'ai toujours voulu y retourner en étant adulte. Finalement, à 38 ans, j'ai enfin pu y aller. Je suis arrivé à l'aéroport de Faro, dans le sud du Portugal. Mais je suis parti directement à Vilamoura...parce qu'il y avait un casino afin d'assouvir mes pulsions de joueur de poker ;-) Ce qui fut d'ailleurs ma dernière session depuis quelques semaines. 

En clair Vilamoura, c'est naze! Je ne suis pas un grand fan de ces bords de plage touristiques qui se ressemblent tous. Du coup je suis ensuite parti pour Lisbonne pour 3 jours. Ce fut bien plus intéressant ! 

On arrive dans la ville par une sorte de pont de San Francisco, le pont du 25 avril, qui mesure pas moins de 2277 mètres! La ville est charmante avec ses nombreux édifices historiques, son vieux château qui surplombe la ville (on se croirait au château de Nice) et ses trams montant les collines (comme San Francisco!).  LE Château Saint Georges vaut particulièrement le coup d'oeil pour un beau panorama de la ville.
Le Sanctuaire du Christ Roi qui surplombe le "pont de San Francisco" local est impressionnant et fut inspiré du Christ de Rio de Janeiro. Il se trouve sur Almada , la localité en face de Lisbonne auquel on peut accéder par bateau. Cela me rappelle les 10 minutes de bateau à Hong Kong ou Dubai pour rejoindre une rive à l'autre. Très bonne balade sur le bord de mer à faire au passage sur Almada pour voir Lisbonne.

Enfin le clou du spectacle doit être la Tour de Belém, construction d'art mauresque servant à l'origine d'avant poste pour défendre l'ennemi contre l'envahisseur. Je ne l'ai visité que de nuit mais de jour cela doit être pas mal du tout également. Lisbonne, j'y reviendrai un jour...voir j'y habiterai quelque temps!

30 juillet 2018

On the road again...Vietnam, Singapour, Allemagne, Republique Tchèque...

L'été est revenu, et avec lui mon rituel qui devient annuel de revenir en Europe un mois ou deux. Comme d'habitude, je m'amuse à faire un trajet tortueux pour visiter un maximum d'endroits et de personnes. J'ai quitté la Chine pour Saigon il y a 3 semaines. C'est sensé être ma seconde maison, mais cela faisait quand même 5 mois que je n'étais pas venu. Cela a fait du bien de revenir à mon environnement avec la piscine, les massages, les plats français à 5$, le poker...et le business avec mes partenaires. Mais je ne suis resté que deux semaines, puisque je n'ai pris qu'un visa touriste gratuit de 15 jours. 

La suite de l'étape m'a emmené à Singapour pour une journée. J'ai pu connaître le plaisir de me retrouver dans un "pod" pour ma nuit, une sorte de boite ou on se couche avec tout le confort : TV, climatisation, diverses lumières, prises électriques, etc. Avec une très belle vue sur un lac artificiel. Je me suis aperçu au réveil que j'étais en fait en face du Marina Bay Sands, l'hôtel le plus réputé de Singapore avec les trois tours recouvertes d'un bloc. Je n'étais jamais allé sur ce building alors que je suis venu une bonne douzaine de fois à Singapour. J'avais un avion à minuit, alors je me suis dit après le boulot que je pourrais faire un tour sur le Sky57, un restaurant/bar au 57ème étage. Effectivement, la vue à cette hauteur sur Singapour est magnifique...et les coktails sont bons, pour 18 euros ils peuvent ;-)

A minuit, avion pour un retour en Europe, en passant par Berlin. Je me suis d'ailleurs trompé dans le décalage horaire d'une heure entre le Vietnam et Singapore et j'ai attendu une heure de plus... Une dizaine d'heures de vol après, j'arrive au petit matin en avance (rigueur allemande oblige) sur Berlin. D'ailleurs je suis arrivé exactement de l'aéroport d'où je suis parti, Tegel, un an auparavant pour revenir en Asie. 

Mes sentiments en arrivant en Europe après un an? Aucun. Je suis arrivé à un stade où je voyage tellement (plus de 50 pays au compteur et sûrement le million de miles) que cela ne me touche même plus. Comme le disait un de mes profs qui avait passé plus de 30 ans en Asie, l'avion c'est comme un taxi, on ne fait même plus attention à force de le prendre. En clair, j'ai des activités où des gens à voir dans plusieurs pays, je prends l'avion comme si c'était un taxi me permettant de relier le point A au point B rapidement, je fais ce que j'ai à faire, puis je passe au point C, sans sentiment ou presque, c'est juste la routine.

Anyway, à Berlin j'ai retrouvé mon vieux pote David et son frère qui étaient à Saigon,venu pour l'occasion. Pendant 24h, nous avons visité la ville, une bière, du moins une toutes les 30 minutes, dans la main. Berlin, la seule ville où si tu as pas une bière dans la main, c'est toi qui passe pour un con! Le soir avec le décalage horaire, le fait de pas avoir dormi depuis 30h...et les bières toute la journée, je m'écroule dans un bar. Mais je ne connais rien de mieux pour faire passer les 7h de décalage horaire en un temps record à sa biologie. Je me réveille très bien à 9h du matin dès le lendemain.

Ensuite, nous allons tous à Prague avec le nouveau bus qui fait le trajet Berlin - Prague en 4h30 depuis la construction d'une nouvelle autoroute. Avant c'était 6 ou 7 heures, ce n'est pas négligeable. Prague toujours aussi sympa et pas cher, cela doit être la 6eme fois que je viens. Je me remets plus sérieusement au travail cette semaine, alternant journée boulot, soirée au poker. Pour l'instant j'ai un peu dérouillé, mais ce n'est pas grave, ce n'est pas très cher ici ;-)